Sommaire

Editorial

Cultiver Ma Féminité

Culture Queer

Contenu Multimédia

Le Journal de Michel-e, genre fluide

Avant-Propos

Le Contenu

Á travers les pages de mon site je parle sans détour de mon ambiguïté de genre, de mon évolution personnel et de l'exploration de ma part de féminité.

Ces pages ne pas destinées à n'importe quel publique sans explications préalables.

Le site est «labélisé contenu pour adulte» ce qui lui permet d’être détecté par les systèmes de contrôle parental ou de protection des mineurs.

L’usage du trait d’union et du point médian (·).

J’utilise uniquement le trait d’union dans mon prénom pour … unir … mon féminin et mon masculin.
Coté grammaire, j’utilise depuis peu (12/2017) l’écriture inclusive. Loin de tous débats, j’estime que c’est une bonne façon de respecter la fluidité de genre du publique à qui mes pages sont destinées.

Sur le clavier (PC) on obtient le point médian par Alt 0183.
voir www.ecriture-inclusive.fr

Augmentation mammaire temporaire par perfusion

haut
haut

Table des matières

Introduction

J'avais toujours voulu connaître la sensation d'avoir des seins, mais jusqu'alors c’était resté un doux rêve que seules les prothèses en silicone me permettaient d'approcher.

J'avais envisagé un traitement hormonal, mais contrairement à aujourd'hui ma motivation ne me permettais pas d'assumer un tel choix.

Un jour, j'ai découverts que des personnes s'injectaient des solutions salines pour modifier leur corps.
Une de ces pratiques consiste à injecter cette solution dans les seins pour augmenter leurs volumes pour quelques heures, en effet après un certain temps la solution est absorbée par le corps et la poitrine retrouve sa taille initiale.

Après réflexions, j’ai décidé de tenter l’expérience dont je décris la procédure plus loin sans cette page.
J’espère que ceci pourra aider d’autres femmes de mon genre à prendre leur décision à propos de cette pratique, car je crois qu'aucun autre site de langue française ne traite du sujet.
Voici la vidéo qui m'a décidé·e pour mon augmentation mammaire

Si vous êtes tentés par cette méthode, vous le ferez à vos risques et périls, je ne serais pas responsable des conséquences pouvant survenir pendant et à la suite de cette méthode décrite sur ce site et sur cette page en particulier.

Description générale et mise en garde.

Il s’agit d’injecter, à l'aide d'une perfusion, une solution saline dans les seins pour en augmenter temporairement le volume.
Une perfusion est un acte médicale, qui peut paraître simple à faire quand elle est pratiquée par une infirmière , mais pour un(e) non-professionnel(le), la réflexion et la prudence sont de rigueur.

  • Je tiens à préciser qu’ il est impératif de suivre strictement les règles d’hygiènes et d’asepsies sans quoi il pourrait survenir de graves problèmes d’infection!
  • Il est tout aussi impératif d' utiliser exclusivement des solutions isotoniques injectables fabriquées à cet effet par des laboratoires.

Il n'y a, à ma connaissance, que deux solutions isotoniques compatibles pour une pratique sûre, soit la solution saline, soit la solution glucosée à 5%.
Pour ma part, après avoir lu sur un site spécialisé dans ces pratiques, j'ai choisi la solution glucosée car elle serait plus efficace. Pour un gain de volume donné, il faudrait moins de solution glucosée que de solution saline, de plus, la solution glucosée se diffuserait moins vite dans le corps, et donc la poitrine ainsi obtenue persisterait plus longtemps.
Attention, pour les personnes diabétiques, la solution glucosée ne me parait pas être un bon choix. Et pour finir je vous invite à lire l'avis d'une professionnelle.

Matériel nécessaire

  • Un gel antibactérien et du dettol
    Le gel pour les mains et le dettol pour le plan stérile.
  • De l'Hibidil comme désinfectant (ou tout autre désinfectant cutané)
    Je préfère l'Hibidil car il ne colore pas la peau contrairement à l'Isobetadine.
  • De la pommade Emla
    C'est une pommade qui insensibilise la peau.
  • 2 poches ou bouteilles de solution saline isotonique glucosée injectable de 500 ml
    (ref: 602542) Pour augmenter d'une taille de bonnet, il faut environ 125 ml, Avec 500 ml, j'ai largement assez.
  • 2 trousses à perfusion
    Appareil pour perfusion Intrafix Air P (réf:602540)
  • 2 microperfuseurs à ailettes
    Kit pour veine épicrânienne Vasuflo G23, 0.6x 19mm (réf:602529)
  • Compresses, pansements et sparadrap

Où trouver le matériel

Tous les désinfectants (gel, dettol et cutané), les compresses, les pansements et les sparadraps se trouvent en pharmacie. Pour la pommade Elma il faut passer par un ordonnance, ... ou s'en passer. Pour le reste du matériel, vous trouverez mon fournisseur: dans google avec les mots clés suivants: "perfusion isotonique 0,9%", vous trouvez dans les réponses un site dont le nom est www.pra------nst.fr
Si je n'indique pas explicitement le nom du site, c'est par prudence. Car associer leurs produits à une pratique pour le moins ...inhabituel, pourrait ne pas leur plaire...

Procédure

  1. Se raser la poitrine.
    les poils sur le torse c'est pas très féminin.
  2. Mettre au peu de pommade "Elma" sur la zone de perfusion pour l'insensibiliser, cette zone sera à environ 2 ou 3 cm au dessus du mamelon.
  3. Nettoyer au dettol votre plan stérile et ne pas essuyer pour ne pas le contaminer à nouveau.
    Pour ma part je prends un plateau en plastique.
  4. Laisser tomber sur le plan stérile, les trousses à perfusion, les épicrâniennes, les compresses, en ouvrant leurs emballages au-dessus de celui-ci.
    Les emballages n'entreront jamais en contact avec le plan de travail et il ne faut pas toucher le matériel avec les mains qui ne sont pas encore stériles.
  5. Accrocher la perfusion (les bouteilles de solution isotonique) en hauteur.
  6. Se laver les mains avec le gel antibactérien.
  7. Brancher les épicrâniennes aux bouteilles/poches.
  8. Purger en veillant à ce qu'aucune bulles ne restent dans les tubulures.
    Laisser le liquide remplir la tubulure du perfuseurs et les épicrâniennes.
  9. Imbiber deux compresses d'Hibidil.
    Une pour chaque sein.
  10. Désinfecter la zone de piqûre avec une compresse imbibée.
    Avec un mouvement en spirale du centre vers la périphérie.
  11. Prendre son courage à deux mains et placer le microperfuseur à 2 ou 3 cm en haut du mamelon.
    l'aiguille se plante dans la partie adipeuse, bien droite de façon à ce que l'extrémité de l'aiguille vienne se placer à 2 ou 3 cm derrière le mamelon dans le sein.
    La partie adipeuse est facilement repérable : quand je bande mes pectoraux il reste une partie très molle (la graisse) devant la partie dure (le muscle). Pour piquer, pincer la peau pour faire un large bourelet entre les doigts, ensuite introduire l'aiguille.
  12. Immobiliser le microperfisseur avec un sparadrap au niveau des ailettes.
  13. Recommencer les deux points précédents pour l'autre sein.
  14. Régler les débits.
    Le réglage de débit de fait en comptant le nombre de gouttes par min.
    Le bon débit semble être environ 40 gtes/min.
    Á 20 gtes pour 1 ml, cela qui fait 2 ml/min, donc pour 250 ml, 250/2=125 min, soit environ 2h.
  15. Attendre le volume voulu.
  16. Imbiber deux compresses d'Hibidil.
    Une pour chaque sein.
  17. Enlever le sparadrap qui immobilisait l' aiguille et ôter la en prenant soins de désinfecter à nouveau les zones de piqûres et y poser un sparadrap pour protéger.
  18. Recommencer le point précédent pour l'autre seins.

quelques sites de référence

Ma première augmentation mammaire temporaire par injection glucosé.

Je suis à la fois excitée et nerveuse, c’est la première fois que je vais utiliser des aiguilles et dans mes seins !
Mais l’idée que cela puisse me donner des seins, même que quelques heures, me remplit de joie.

Je suis pas à pas la procédure que je me suis fixée.
C’est l’étape du placement des aiguilles-cathéters, je commence par le sein gauche, j’enfonce l’aiguille, ce n’est pas douloureux grâce à la pommade Elma. En voyant l’aiguille sous la peau je me dis que je ne suis pas assez aller en profondeur, tant pis c’est une première fois je ne veux pas chipoter.
Pour le sein droit j’augmente l’angle de pénétration de l’aiguille.
Une petite douleur me signale que j’ai touché le muscle, je décide de remonter l’aiguille de quelques millimètres pour diminuer l’angle et je la renfonce.
Je retire les mandrins et branche les tubulures aux cathéters, j’ouvre le débit à fond pour voir quelle pourrait être le débit maximum.
Pour une des perfusions il tombe 15 gouttes pour 15 secondes, pour la seconde 14 gtes. Pour 15 sec. cela fait 60 gtes/min. c’est loin des 166 gtes théoriques, je laisse aller à ce débit.

Après 10 min. pendant un mouvement, le sparadrap de droite ce décolle et le cathéter sort, je stoppe les deux perfusions et décide de ne pas repiquer aujourd’hui.
De toute façon mes seins ont déjà pris du volume et je pourrais voir le temps de résorption. Je poursuis donc la procédure comme si j’avais atteint le volume désiré.

Les seins sont durs à l’emplacement de la perfusion, je ne m’attendais pas à un tel volume pour une perfusion aussi courte, cela confirme ce que j’avais lu au sujet de l’efficacité de la solution glucosé par rapport à la solution saline.
J’enfile un soutien-gorge plutôt serré avec armature, tant pis pour le confort mais je voudrais "mouler" ma nouvelle poitrine, car pour le moment la forme n’est pas top.
Après un peu plus d’une heure les seins deviennent plus souples au touché et le soutien-gorge semble aider à l’amélioration de la plastique de ma poitrine.

Pendant l’essayage pour choisir quel soutien-gorge j’allais prendre, j'ai eu la joie de voir que les bonnets restaient emboîtés sur mes seins quand je les dégrafais.
Et au moment de me mettre au lit, constater que je remplissais la partie haute de ma robe de nuit, et sentir que c’était mon corps qui gonflait le satin avec mes nouvelles rondeurs, fût une sensation très agréable.

Au matin le carrosse était redevenu citrouille, ma poitrine était redevenue comme elle était, mais ce n’était pas grave car je savais que j’allais recommencer.

mes seins mes seins avant perfusion (à gauche) 10 min. et 40 ml plus tard (à droite)

mes seins
Après 6 heures

Ma deuxième augmentation mammaire.

Cette fois je décide de ne pas utiliser les gants stériles car je voudrais mieux manipuler les aiguilles, ce qui implique de me désinfecter les mains à chaque étape avec le gel bactéricide.
Effectivement le placement des aiguilles ce fait plus facilement mais la perfusion du sein gauche ne s’écoule pas, j’ai donc modifié la position du cathéter pour débloquer la situation.
Après environ 30 min de perfusion un pincement assez important se fais sentir dans le sein droit, là encore par mesure de sécurité je stoppe les perfusions et termine la procédure.
J’ai bien gagné en volume, avec mon tour de poitrine de 96 cm ma taille de soutiens est un 95A bien rempli, je crois qu’un 95B n’est pas hors de porter pour la prochaine fois.

mes seins mes seins juste après la perfusion (120 ml)avec le soutien "moulant"...

mes seins mes seins ...de facesept heures plus tard...

mes seins mes seins ...dans un soutien plus confortableet douze heures plus tard

Mes Conclusions

Points positifs

  • La méthode fonctionne puisque une augmentation mammaire très significative est observée et ceci pour un laps de temps intéressant.
  • Le volume mammaire obtenu lors de la perfusion de 10 min. a subsisté 4h même et 6h plus tard le volume était encore très satisfaisant. Le lendemain matin la perfusion était entièrement absorbée et la volume des seins reprit son volume initiale.
  • A la deuxième tentative, le volume mammaire est resté significatif pendant 7h, 11h plus tard le volume avec diminué de manière très sensible et c’est au cours de la nuit que ma poitrine a repris son aspect d’avant.
  • L'utilisation de la solution glucosée en lieu de la saline semble être un bon choix, le rapport volume mammaire/volume perfusé est très intéressant ce qui semble corroboré ce que j'ai lu sur un site qui affirmait que la diffusion de la solution glucosée se diffusait bien moins vite que la saline. Pour indication, la première perfusion de 10 min. à injecté 40 ml environ et la deuxième de 30 min. elle à injecté 120 ml.

Point négatifs observés

  • Mon inexpérience et à l’utilisation d’aiguilles cathéters pour intraveineuse, au lieu d’aiguilles sous-cutanées ont été sans doute la cause des deux interruptions de perfusions.
  • La forme au début n’est pas très naturelle, mais cela s’arrange en 2h, de toute façon cela ne se voit pas avec un soutien-gorge, mais j’ai lu qu’avec une perfusion plus lente les résultats seraient meilleurs, à tester.
  • Les seins mes semble trop distants l’un de l’autre, la prochaine fois je placerais les aiguilles différemment.

Sensations et vécu avec mes seins éphémères

Juste après la perfusion, la tête encore pleine de la procédure, je ne ressentais que la joie que cela avait marché.
Mais au moment de choisir un soutien-gorge pour la journée, en voyant dans le miroir mes rondeurs s’adapter au gré de la forme des bonnets, je réalise que pour la première fois de ma vie, que je choisi mon soutien-gorge pour la forme qu’il donne à ma poitrine.
Je vivais enfin cette sensation si féminine de voir et de sentir mes seins maintenus pas la douceur et la beauté d’une lingerie fine.

Ne sachant combien de temps ma poitrine durerait et pour gagner du temps, je décidais d’aller en ville habillée en homme.
J'ai choisi un soutien gorge Marie Jo à balconnets noir et sa culotte coordonnée, sans oublier mon corset que je serrais au maximum comme d’habitude.

En marchant, le corset donne un maintien assez droit, il chaloupe légèrement la démarche et vous cambre discrètement, je ne résiste à l’envie de marcher en posant les pieds sur une ligne imaginaire droit devant moi, ce qui féminise encore plus ma façon de marcher.
J’avais les seins qui bougeaient aux rythme de mes pas.

J'ai décide de me rendre d’abord vers un magasin de lingerie, je rentre, il y a du monde, tant pis.
Je flâne entre les rayons et je suis accroché par un ensemble de dentelle noir et rose avec des strass et un soutien gorge seins nus.
Je demande si je peux essayer, avec un sourire en coin moqueur la vendeuse me désigne une cabine s’essayage vide.
Tout me va à merveille, et je décide de tout prendre, je demande à travers le rideau si je peux garder un des soutiens.
La vendeuse me répond oui et qu’elle revient avec des ciseaux, pour prendre l’étiquette qu’il faudra scanner à la caisse.
J’entend derrière moi « je peux ? », « oui bien sûr ! » répondis-je.
Et là la jeune femme visiblement n’en croit pas ces yeux, je suis de dos, la taille divinement marquée par le corset et mes seins bien dressé dans le soutien seins nus.
Rapidement elle coupe l’étiquette en me disant qu’elle m’attend à la caisse avec celle-ci.
Très contente de mon « petit effet » je me rhabille et me dirige vers la caisse.
En réglant mes achats la vendeuse regarde à la dérobée mon décolleté que j’avais intentionnellement laissé voir.

Seconde étape, un nouveau corset, je le veux plus haut et plus serré que celui que je porte.
Dans ce magasin par contre personne et les vendeuses sont rodées à ne plus s’étonner de rien.
Après trois essayage je choisi mon corset que la vendeuse m’attache sans sourciller.
A la caisse pendant qu’elle rempli ma carte de fidélité, elle demande si « c’est agréable » le sous entendu étant limpide je lui répondis en souriant « très, merci ! ».

Comblée par ces nouvelles sensations, je décide de rentrer cher moi.

Ma troisieme augmentation mammaire.

Pour cette troisième tentative je comptais utiliser des aiguilles épicrâniennes G27 positionnées dans le pli sous mammaire, malheureusement je n’ai pas pu appliquer cette nouvelle méthode pour deux raisons :

  • Les aiguilles épicrâniennes G27 que j’ai commandée avaient un débit beaucoup trop faible car trop elle étaient trop fines : 22 gtes/min = environ 1 mL/min ce qui me donne pour les 300mL 5 h de perfusion !
  • Le muscle pectoral est juste au niveau du pli sous le sein, il n’est donc pas question de piquer à cet endroit.

J’ai donc réutilisé la méthode précédente qui, une nouvelle fois ne m’a pas apporté entière satisfaction.
D’abord le débit trop rapide d’environ 60 ou 70 gtes/min a limité le volume à 100 mL, à ce stade mes seins étaient très durs et ma peau tendue et j’ai du arrêté la perfusion. J’avais augmenté mon tour de poitrine de 6 cm en passant de 96 cm à 102 cm, je remplissais bien un 95A mais pas tout à fait un 100A, j’étais donc loin du bonnet C escompté. Ensuite les cathéters on encore posé des problèmes de débit car suivant leurs positions, la perfusion coulait ou s’arrêtait.

En conclusions:

  • les cathéters pour intraveineuses ne sont pas une solution malgré ce qu’en disent les sites et les forums « spécialisés » dans ce genre de pratiques. J’ai donc commandé des épicrâniennes G23 qui, elles, auront un débit maximum compatible pour une augmentation mammaire et sont aussi relativement fines.
  • Le débit devra être plus faible, je pense à 40 gttes/min, cela permettra à l’œdème d’avoir le temps de mieux ce diffuser pendant la perfusion et donc d’avoir des seins de formes plus harmonieuses.
  • A ce débit il faudra compter 1h par 125 mL et donc 2 h ½ pour 300 mL.
  • Enfin l’endroit de la pose de l’épicrânienne à 2 ou 3 cm au dessus du téton donne de bon résultat quant à la position de l’œdème, rien à changer de ce côté-là.

Ma quatrième augmentation mammaire.

Cette fois j'ai les microperfuseurs épicrâniens 23G, ils sont plus faciles à manipuler que les cathéters.
D'ailleurs le résultat est bien supérieur à ce que j'avais obtenu auparavant.
Plus de problèmes de débit, ce qui me permet de régler celui-ci entre 40 et 44 gtes/min.
Au bout de 2 h, 250 ml par seins ont étés perfusés, ce qui me donne une généreux 95B.
Cette taille semble être un maximum car la peau n’étant pas indéfiniment extensible, le 95C est donc hors de porté.
Je suis satisfait du déroulement de cette augmentation mammaire, et je suis ravie de la taille de mes seins.
Comme d’habitude ils sont durs au début, mais la diffusion aidant ils s’assouplissent au bout 1h de même que leurs formes s’harmonisent.
Le volume optimal a duré environ 7h comme les fois précédentes et en 12h le volume est complètement résorbé.

Dernière conclusions

Cette fois-ci pas de critique la procédure est au point.
Voici le résultat en photos.

mes seins mes seins

Il est fort probable que je ne ferais plus appel à cette méthode, car maintenant j'ai une vrai petite poitrine grâce aux hormones.

RTA